Agents of Mayem : test

Agents-of-Mayhem-2-test

Agents of Mayhem est un TPS orienté action signé par le studio de développement Volition. Reconnu dans le temps pour la folie légendaire qu’on retrouve dans ses plus beaux titres, Volition nous remet la série Saints Row dans un nouveau titre baptisé Agents of Mayhem. Pour ma part, le jeu présente de nombreuses imperfections dont l’absence totale de personnalité et une technique médiocre. Mais si vous êtes à la recherche d’un véritable défouloir où on vous met face à des combats éternels et sans merci, avec un jeu de personnages plutôt attachant, Agents of Mayhem est fait pour vous. A côté, si vous êtes fan d’un décor style Bordelands avec des graphismes cartoonistes agrémentés d’un brin de folklore asiatique, vous saurez aussi apprécier ce jeu. Par contre, si vous avez envie de vivre vraiment autre chose, passez votre chemin.

Un descendant de Saints Row

Volition est-il à cours d’inspiration pour nous proposer un jeu d’action typiquement similaire à la série Saints Row ? Vous l’aurez compris, Agents of Mayhem reprend quasiment la plupart des éléments de ce titre. Cela va des teintes chromatiques violacées au brin d’humour qu’on retrouve au milieu de l’aventure. Bien que je n’ai pas vraiment été convaincu par la première présentation du jeu à l’E3 2016, et encore moins par la démo parue en avril dernier, j’ai quand même jugé bon de tester la version finale du jeu, histoire de vérifier si quelque chose a changé.

Agents of Mayhem : le jeu

Au premier coup d’œil, Agents of Mayhem est un TPS action en monde ouvert. Ici, vous aurez le plaisir de vous promener au cœur du Néo-Séoul, une simple réinterprétation de la capitale Sud-Coréenne qui n’a pourtant aucun lien avec la ville réelle. Au grand regret de l’humanité, une organisation terroriste baptisée Legion, dirigée par le cruel Dr Babylon, est désormais à la tête de la Terre. Mais leur cause n’est pas pour autant perdue, les Agents of Mayhem, dirigés par Perséphone Brimstone (un vampire au passage), sont prêts à protéger la planète.

On parle ici d’une douzaine de héros qui vont se départager en trois équipes au sein desquelles il sera possible de changer de personnage de manière instantanée. Chaque personnage possède diverses caractéristiques qui définissent sa personnalité et le rendent plus efficace contre ses ennemis. Vous aurez ainsi droit à Hollywook le bellâtre narcissique, Red Card le hooligan de football, Braddock l’institutrice de l’armée au cigare ou encore Daisy la joueuse de Roller Derby armée d’une gateling. Si vous vouliez du charme, nous y sommes. D’autant plus que le jeu s’anime de quelques cinématiques façon dessin animé qui vont vous plonger directement dans l’ambiance et le monde de chaque personnage. Ce qui (à mon avis) vient combler le manque de charme au niveau du design et du générique du jeu.

Au final, vous apprécierez également les dialogues assez personnalisées qui évolueront suivant vos propres choix. Et à défaut d’apprécier l’humour à la Saints Row dans un titre pourtant tout neuf, abandonnez-vous à un jeu de personnages très bien pensé.

agents-of-mayhem-test